A la rencontre de nos clients

En mars dernier, Laurence P réalisait l’un de ses plus grands rêves : traverser l’Inde à moto accompagnée de ses meilleures amies rideuses. Ce fabuleux périple a également servi de test grandeur nature pour finaliser le développement du sac 1200 B.P. de la collection DalZotto 2017.
Retour sur une expérience inoubliable.

Laurence, raconte-nous les prémices de cette aventure hors-normes ?

Je voulais m’offrir un cadeau original et inoubliable pour fêter dignement mes 50 ans. L’Inde me faisait de l’œil depuis un moment et cet anniversaire est devenu le parfait alibi pour organiser le voyage de mes rêves. J’en ai parlé à mes grandes copines – Céline, Monique et Aurélie – qui n’ont pas hésité un seul instant à m’accompagner malgré les contraintes liées à un tel projet. Le budget d’une part et l’éloignement familial d’autre part.

Dès que j’ai obtenu leur feu vert, j’ai cherché les accompagnateurs et le périple qui nous correspondaient le mieux. L’idée était vraiment de vivre une aventure à quatre et de se façonner un programme à la carte.

Pourquoi l’Inde ?

A l’époque, je suivais un groupe de motardes via les réseaux sociaux. Elles s’étaient lancées le défi de parcourir l’Inde au guidon de Royal Enfield. Je vivais leur aventure par procuration et j’étais fascinée par toutes ses images que je découvrais devant mon ordinateur. Je me suis alors jurée que mon tour viendrait un jour d’autant que je roule en Royal Enfield au quotidien. Ma bonne Germaine ne me lâche jamais.

Germaine ?

Et oui, j’aime bien donner des petits noms à mes motos. Germaine, c’est la parisienne par excellence. Elle a un capital sympathie extraordinaire et elle se faufile comme un vélo en ville. En revanche, je préfère ma Triumph Tiger 800 quand il s’agit de fuir la capitale et d’avaler les kilomètres.

Tu es motarde depuis longtemps ?

Absolument pas. Je dirais même que je suis encore une petite jeunette dans le milieu puisque j’ai eu mon permis à 45 ans. J’ai longtemps roulé en Vespa 125 car la vie de famille et les obligations professionnelles me freinaient pour obtenir le fameux sésame rose. Depuis, je me suis bien rattrapée en roulant tour à tour sur une Triumph Bonneville T100 au sacré caractère, une Harley 1200 Sportser peu confortable et une BMW R1200R un peu trop haute pour moi.

Pour en revenir à ce fameux voyage entre filles, parle-nous un peu des préparatifs ?

Régulièrement, nous nous retrouvions autour d’une bonne assiette pour échanger nos idées. Un soir, histoire de se mettre toujours plus dans l’ambiance, nous avons diner dans le quartier indien de Paris et nous avons acheté des saris. C’est en checkant les équipements indispensables pour voyager sereinement que nous sommes rentrées en contact avec Sandrine Dalzotto. J’ai connu Sandrine par l’intermédiaire de Clara du blog Kiss’n Vroom et je suis tout de suite tombée amoureuse de ses sacs à casque. Au moment de notre départ, elle finalisait sa collection 2017 et nous lui avons suggéré de devenir son laboratoire roulant le temps de notre périple. La pluie, la poussière, le froid, la chaleur, les kilos de matériel, les chutes…Quinze jours en Inde, ce n’est plus un test, c’est une épreuve.

Et quel sac as-tu emporté avec toi finalement ?

J’ai opté pour le modèle 1200 B.P. motif camouflage qui sied à merveille au kaki de ma Royal Enfield. C’est un modèle type sac à dos parfaitement adapté pour les longues distances. Avec Sandrine DalZotto, nous avons longuement échangé sur les petits détails qui pouvaient rendre le produit encore plus efficace. Des filets extérieurs pour transporter une bouteille d’eau, une carte routière et des lunettes sans avoir à tout sortir du sac, un mousqueton pour ne pas perdre ses clés, une grande poche intérieure pour glisser divers papiers et un passeport… Rien ne manque sur ce modèle.

Et après 15 jours de roulage avec ce sac, quel est ton bilan ?

Pour faire simple, mon sac DalZotto ne m’a jamais quitté durant tout le voyage et il n’a pas bougé d’un iota malgré des conditions météo parfois très difficiles. L’étanchéité est OK, le confort est OK, la contenance est OK…et le look est définitivement canon. Alors oui, c’est un sac qui est conçu pour contenir un casque à la base, mais c’est loin d’être son unique fonction. C’est aussi un sac à dos très looké et ultra polyvalent. Mes trois copines testaient d’autres formes et d’autres matières pour Sandrine DalZotto. Leur retour s’est avéré très positif également.

Et humainement ? la conclusion est tout aussi favorable ?

Absolument. Nous avons traversé des paysages superbes et nous avons rencontré un peuple formidable. Les femmes étaient adorables avec nous et les hommes toujours bienveillants à notre égard. Certes, ils étaient parfois un peu curieux et mêmes moqueurs de voir des filles à moto, mais ce n’était jamais méchant. De notre côté, nous prenions soin de respecter chaque personne que nous croisions et chaque lieu que nous traversions. Nous avons quatre caractères très différents et la mayonnaise a parfaitement pris. Nous nous étions fixées deux consignes pendant ce voyage : prendre du plaisir et prendre soin les unes des autres. Le contrat a été plus que rempli.

Fermer le menu

Inscrivez-vous à notre newsletter et découvrez en avant première nos nouveautés, promotions, ventes privées et expositions à venir. Ignorer

×
×

Panier